Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
2 mars 2011 3 02 /03 /mars /2011 10:43

 

 

empreinte-ecologique-copie-1.PNG

 

 

L'empreinte écologique, qu'est-ce que c'est ?

 

"L'empreinte écologique est une mesure de la pression qu'exerce l'homme sur la nature . C'est un outil qui évalue la surface productive nécessaire à une population pour répondre à sa consommation de ressources et à ses besoins d'absorption de déchets.

 

Imaginez que vous êtes un Robinson Crusöé isolé sur une île déserte : quelle devrait être la taille de votre île (terre, lagon et mer accessible compris) pour vous permettre de vivre en autarcie de façon durable et répondre à vos besoins en nourriture, chauffage, matériaux de construction, air pur, eau potable, absorption de déchets ?


Cette surface représente l'empreinte écologique de notre Robinson Crusoé. On comprend intuitivement que si le mode de vie de notre naufragé exerce une pression trop forte sur son île (s'il fait par exemple des grands feux de camp tous les soirs pour tromper sa solitude), c'est-à-dire si son empreinte écologique est supérieure à la taille de son île, sa survie risque d'être compromise à plus ou moins long terme...


A l'échelle d'une personne, l'empreinte écologique est une estimation de la superficie nécessaire pour répondre à l'ensemble de vos besoins en ressources naturelles."

 

 

 

 

Pour calculez votre empreinte écologique :

 

WWF\Calculez votre empreinte écologique

 

 

 

J'ai joué le jeu : notre petit foyer a une empreinte écologique deux fois plus importante que ce que la Terre garde en réserves...

 

Alors, tous nos efforts pour ça ?!! En fait, bien que ce ne soit pas tout à fait une bonne nouvelle, nous sommes plutôt bien placés par rapport à la moyenne : 3,3 hectares, alors qu'un français vit en moyenne avec une empreinte de 5 hectares


Il y a encore du travail...

Mais nous avons encore plein d'idées !

 

 

 

 

Sources :

Shi-zen, numéro 7 mars 2011, L'empreinte Ecologique ou quand les hommes piétinent la planète

WWF, Ecological Foot Print

 

 


Repost 0
Published by Bergamote - dans Bloc Notes
commenter cet article
8 février 2011 2 08 /02 /février /2011 07:06

 

ou-nous-menent-nos-pas.PNG

 

Où vous mènent vos pas ?

http://ou-vous-menent-vos-pas.blogspot.com

 



Pause anonyme, une photo un texte, parfois qui l'accompagne, et la fermeture aux commentaires.

Une porte ouverte vers l'univers d'un autre, savoir vers où il va, qui il est, juste par un focus, un détail, deux fois rien, une paire de chaussures, un pied plongé dans le sable, une ombre dans l'herbe
 

 

Et vous, quelle serait votre image, quels seraient vos mots ?




Repost 0
Published by Bergamote - dans Bloc Notes
commenter cet article
25 janvier 2011 2 25 /01 /janvier /2011 07:46

 

 

Faire pousser des graines germées est un jeu d'enfant

je ne saurais trop vous encourager à essayer!

DSCF1542.JPG

 

En germant, les graines deviennent digestes et la concentration en vitamines augmente considérablement

 

En plus le coût est modique

avec un paquet de lentilles de 250g à 2€ et des brouettes, j'ai devant moi une bonne année de graines germées à (presque) tous les repas

 

Enfin, les graines germées commercialisée peuvent avoir reçu des traitements spécifiques et pesticides pour éviter les moisissures... bof bof

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Leur consommation est conseillée pour les petits mangeurs de viande et les végétariens, mais aussi les personnes dont l’alimentation est déséquilibrée, celles souffrants de carences, les femmes enceinte, les enfants en pleine croissance et les personnes âgées... un concentré de bonnes choses directement assimilables par l'organisme

 

On retrouve déjà les graines germées dans notre alimentation : par exemple, la bière est élaborée à partir de graines germées (orge).

 

 

Quelles graines ?

 

Il est possible d'utiliser presque toutes les graines germées dans l'alimentation:

 

  • Les légumineuses : alfalfa (ou luzerne), fenugrec, haricot mungo (appelé aussi soja vert), lentilles, petits pois, pois chiches, trèfle, etc
  • Les céréales : avoine, blé, maïs, millet, orge, sarrasin, seigle, quinoa, riz, etc.
  • Les oléagineux : sésame, tournesol, etc.
  • Les légumes : brocoli, carotte, céleri, chou, épinards, fenouil, navet, oignon, poireau, persil, radis, etc.
  • Les mucilagineux : cresson, lin, roquette, moutarde, etc.

 

Toutes les graines des plantes sont utilisables à l'exception de celles qui ont des parties toxiques : ne faites germer ni les graines de tomate, ni celles d'aubergine, ni celles de rhubarbe par exemple.

 

Quelques exemples et leurs propriétés :

Yogamrita, graines germées et alimentation vivante

C'est fait Maison, Graines germées

 

 

Inutile de vous ruiner avec les graines "spéciales graines germées" vendues dans le commerce: toute graine normalement constituée est destinée à germer. Choisissez des graines issues de l'agriculure biologique, vendues en conditionnement classique (blé, lentilles, ...)

 

 

Le processus de germination

 

Pour activer la germination, la graine doit être trempée dans l'eau (on parle de pré-germination).

 

Commence alors une phase de transformation intense : les réserves de la graine sont transformées pour sa croissance, la quantité de vitamines est multipliée par 3 à 12 suivant le type de graine. Les enzymes de croissance sont activés / ou inhibées, tandis qu'augmentent les concentrations en acides aminés et acides gras.

 

Par exemple, la vitamine sera plus présente dans des graines germées que dans une orange ou un citron :

 

vitamine C dans graines germées

source : Terres vivantes, les graines germées : une richesse exceptionnelle en vitamines

 

 

Le matériel

 

De nombreuses possibilités s'offrent à vous : voir à ce sujet l'article très complet d'Ekopedia, qui recence l'ensemble des germoirs possibles et imaginable, ou encore l'article Un germoir maison, mode d'emploi de Terres vivantes

 

Personnelement, j'ai bien essayé de bricoler moi-même différents germoirs, mais leur fonctionnement reste un peu complexe et, il faut l'avouer, ça faisait un peu bricolage branlant et moche dans la cuisine

Finalement, je me suis orientée vers un germoir acheté en magasin

 

Après plusieurs mois d'utilisation, les avantages sont nombreux :

- libre circulation de l'air et de la lumière

- hygrométrie optimale

- protège les graines de la poussière

- réceptacle plaisant à regarder dans une cuisine avec tous ses étages de verdure

 

et ça, c'est aussi très important

 

 

Mode d'emploi

 

graines-de-soja-germees.JPG

 

Faire tremper les graines quelques heures dans un bol d'eau

Les distribuer sur un germoir (équivalent d'une cuillère à café par étage, ou elles risqueraient de manquer d'air et pourrir)

 

Arroser matin et soir avec une eau à température ambiante

 

Regarder vos graines pousser

 

Dès que le germe apparaît, vous pouvez les cueillir et les intégrer à vos plats

 

 

 

Vous obtiendrez des pousses plus ou moins vertes selon que vous les exposez plus ou moins à la lumière : le goût en est un peu modifié, à vous de tester!

 

Conservation : pas terrible... graines aussitôt cueillies, aussitôt croquées, pour ne pas perdre tous leurs nutriments

 

 

Utilisation

 

En salade, soupe, omelettes

Rajoutées au dernier moment dans un coin d'assiette

Pour faire chic dans une verrine

En poêlée avec des aromates

Dans une crêpe

Pour agrémenter un sandwich

...

 

Libre cours à votre imagination, et le web est très documenté en recettes diverses et variées

 

 

 Bon appétit !

Repost 0
Published by Bergamote - dans Bloc Notes
commenter cet article
13 janvier 2011 4 13 /01 /janvier /2011 08:27

 

agriculture-biologique.jpgLe matin au réveil, avant que la journée ne commence, dans le brouillard glacé de la Bourgogne hivernale, j'écoute la radio

 

Ce matin, la revue de presse internationale de Cécile de Kervasdoué m'a mis la puce à l'oreille...

 

Du grain à moudre pour étayer les réflexions!

A écouter également en podcast

 

 


Ça se passe chez moi... à table en famille et il faut le dire l'ambiance est un peu tendue... comme dans toutes les familles à chaque Noël, vous allez me dire ! C'est que nous sommes une famille aux multiples facettes. Il y a autour de la table des juifs des chrétiens des républicains des démocrates... seulement pour une fois en ce repas de Noel la tension ne vient ni de la religion ni de la politique ; ce qui crée la dispute, c'est ce que nous avons dans l'assiette : la bouffe!

 

Ainsi commence un article du LOS ANGELES TIMES d'hier ... un article américain qui tente d'illustrer et de résumer une tendance de plus en plus forte aux Etats-Unis, qui pose la question de l'éthique et de la nourriture

 

d'où ce récit de Noel : d'un côté de la table il y a le neveu de mon mari... lui il gère une banque alimentaire, il passe ses journées à tenter de trouver le moyen de nourrir le plus grand nombre de personne sur cette planète... ce qui passe d'après lui par l'augmentation de la production alimentaire à moindre coût

en face de lui, mon mari et moi sommes propriétaires d'un ranch en Californie... nous y pratiquons de l'élevage bio et passons nos journées à tenter de trouver les moyens de protéger l'environnement et la santé de nos consommateurs. Alors bien sûr la nourriture que nous produisons prend plus de temps et coûte plus cher que la plupart des produits que l'on trouve en supermarché.

Entre nous autour de la table... il y a d'autres personnes de la famille qui apprécient de bien manger mais qui en ces temps de crise économique cherchent aussi à manger le moins cher possible.

 

Cette table de Noel est donc plus que jamais le miroir de ce débat national autour de l'alimentation qui est en train de voir le jour dans les foyers américains... trop loin des politiques. Or lla controverse s'articule autour des poids lourds de l'agro alimentaire qui veulent nous faire croire que l'industrialisation et la globalisation de l'alimentation est l'unique moyen de nourrir la planète de plus en plus nombreuse... et qui fustigent les partisans de la réformes de ce système qui prêchent eux pour un retour aux productions locales... sans dépendance aux produits chimiques, à la mécanisation, aux énergies fossiles, et dans le respect de la vie animale et végétale... Ce sont des réactionnaires et des élitistes ! Accuse l’industrie agroalimentaire puisque la réforme de notre alimentation priverait le plus grand nombre de l'accès à une nourriture produite de manière industrielle.

Dans un récent numéro de NEWSWEEK intitulé « Ce que la nourriture dit des classes sociales américaines », l'auteur de l'article confiait son malaise en décrivant ces américains qui cherchent à se nourrir mieux en protégeant l'environnement face aux autres qui n'ont que les moyen de la malbouffe ou qui n'ont pas les moyens de manger, tout simplement.

mais le problème n'est pas là... le problème continue le LOS ANGELES TIMES... c'est qu'il y a une part de mensonge énorme autour de l'alimentation industrielle... qui n'est pas loin de là moins chère que l'alimentation bio ou raisonnée... en tout cas certainement pas à long terme... et qui n'est pas loin de là, capable de nourrir les 7 milliards d'habitants du monde... et l’article conclut, la même chose peut être dite des médicaments, des logements, des voitures...

 

Attention aux mythes et aux mensonges... réveillez-vous

c'est aussi la teneur d'un article du TIMES OF INDIA qui fustige ce matin la malbouffe de plus en plus en vogue en Inde come dans tous les pays émergents... il faut apprendre à se méfier, à regarder les étiquettes !

 

oui... car sur un paquet de cigarette on a la composition de la clope mais sur un paquet de viande l'image d'une ferme heureuse... élevée en pleine air par exemple... Mensonge ! Toute l'industrie de la viande est un mensonge... confie l'écrivain américain Jonathan Safran Foer aux INROCK cette semaine

et si vous croyez que c'est un mal américain vous vous trompez répond l’hebdomadaire français... en Amérique 90% de la viande vient de fermes usines... en France 94% en Allemagne 96%

alors si l'on aime croire que c'est chez l’autre que ça se passe... c'est encore un leurre... le problème est comme l’industrie agroalimentaire, il est global.

 

et la presse en est le reflet ce matin alors que la crise de la dioxine dans les œufs allemands s'aggrave puisqu'après les œufs, la viande de poulet, le gouvernement allemand vient d'admettre que la viande de porc était aussi contaminée par la dioxine et que cette viande avait ét commercialisée dans les supermarchés... écrit le site de la DEUTSCHE WELLE

alors la peur se répand dans tous les journaux ce matin : slovaques, sud coréens, russes et même dans la GAZETTE DE MONTREAL

le manger toxique ! Titrait hier la VANGUARDIA à Barcelonne... la crise allemande est bien la preuve que toute notre industrie alimentaire est contaminée par la dioxine tout simplement parce que pour limiter les coûts on nourrit les animaux de leur propres déjections ou des cadavres de leurs comparses... c'est inouï, fou, horrible et absurde !

 

Alors l'affaire devient politique en Allemagne comme en témoigne ce titre du SPIEGEL ce matin... la république en panne

que faire lorsque l'état n'est plus capable de permettre aux citoyens de manger en toute confiance...

 

qui est responsable,... interroge le TAGUESPIEGEL

pour l'instant rajoute la FRANKFURTER ALLGEMEINE ZEITUNG nous incriminons les entreprises concernées... pour manque de vigilance... ce serait une simple erreur donc... doublée d'un disfonctionnement dans les mécanismes de contrôle de états...

 

mais non pas du tout... répond le quotidien conservateur allemand DIE WELT... le problème est beaucoup plus profond... l'Allemagne a fait depuis longtemps le choix politique du Hard Discount, à savoir celui du manger pour le moins d'euros possible... mais est ce vraiment la cause de toute cette crise ?... et le bio plus cher qui ces derniers jours a enregistré un bond de consommation est il vraiment la solution ?... d'ailleurs le bio est il vraiment meilleur pour la santé ?... le débat n'est pas tranché… et les consommateurs vont sans doute continuer à trouver eux même l'équilibre entre le risque et leur porte monnaie

 

parce que 47% des consommateurs allemands ne veulent pas payer plus cher pour leur alimentation confie ce sondage de la BILD, le quotidien populaire allemand

 

N'empêche termine le TAGUESZEITUNG, une brèche est ouverte chez les consommateurs et il est temps que le gouvernement en prenne conscience ... car s'il y a eu auparavant bien d'autres crises alimentaires comme la vache folle, qui n'ont rien changées; cette fois ci termine le journal

une révolution silencieuse est sans doute en marche qui veut manger bon, qui veut manger intelligent, qui veut tout simplement plus d'éthique dans notre société.

 

 

Bon appétit !

 

 

Cécile de Kervasdoué, 13 janvier 2011

 

 


Repost 0
Published by Bergamote - dans Bloc Notes
commenter cet article
5 janvier 2011 3 05 /01 /janvier /2011 10:16

Bonne-annee-2011.PNG

 

"Je vous souhaite des rêves en n'en plus finir


Et l'envie furieuse d'en réaliser quelques-uns


Je vous souhaite d'aimer ce qu'il faut aimer


Et d'oublier ce qu'il faut oublier.


Je vous souhaite des passions.


Je vous souhaite des silences;


je vous souhaite des chants d'oiseaux


Au réveil et des rires d'enfants.


Je vous souhaite de résister à l'enlisement,


A l'indifférence,


Aux vertus négatives de notre époque.



JE VOUS SOUHAITE D'ÊTRE VOUS."

 

 

 

   

 

Jacques Brel, nouvel an 1968

 

 

 

 

 

 

Source image : Shi-Zen, numéro #2, mai 2010

 


Repost 0
Published by Bergamote - dans Bloc Notes
commenter cet article
30 août 2010 1 30 /08 /août /2010 10:38

 

La Commission Européenne vient d'autoriser la culture d'organismes génétiquement modifiés (OGM) dans l'Union Européenne pour la première fois depuis 12 ans!

Cédant au lobby pro-OGM, la commission a ignoré l'avis de 60% des Européens qui estiment que nous devons d'abord établir les faits avant de cultiver des plantes qui pourraient menacer notre santé et notre environnement.

Une nouvelle initiative permet à 1 million de citoyens européens de présenter officiellement des propositions de loi à la Commission Européenne. Rassemblons un million de voix pour demander un moratoire sur les plantes OGM jusqu'à ce que la recherche soit menée à terme. Cet appel sera remis au Président de la Commission Européenne Barroso.

 

Signons la pétition et faisons-la suivre à nos amis et nos proches.

 

OGM-les-faits-d-abord.PNG

 

Les associations de défense des consommateurs, de l'environnement, de la santé publique et les syndicats paysans se mobilisent depuis longtemps contre l'emprise exercée par les multinationales productrices d'OGM sur l'agriculture européenne. Les préoccupations liées à la culture de plantes génétiquement modifiées incluent: la contamination des cultures biologiques et du reste de l'environnement; l'impact sur le climat en raison d'un besoin excessif en pesticides; la destruction de la biodiversité et de l'agriculture locale; et enfin les effets des plantes OGM sur la santé.

Certains Etats membres de l'Union ont fait part de leur vive opposition à la décision prise il y a quelques jours et qui autorise la culture de la pomme de terre produite par BASF et de variétés de maïs Monsanto. L'Italie et l'Autriche s'y opposent et la France a demandé la poursuite de la recherche scientifique.

Il n'y a toujours pas de consensus quant aux effets des OGM sur le long terme. Et c'est l'industrie des OGM, faisant passer le profit avant la santé publique, qui finance la recherche scientifique et influence le cadre réglementaire. C'est pour cela que les citoyens européens réclament l'indépendance de la recherche et davantage de tests et de précautions avant que ces plantes ne soient dispersées dans la nature.

Aujourd'hui,"l'Initiative Citoyenne Européenne" donne à 1 million de citoyens européens la possibilité de soumettre à la Commission Européenne des propositions de loi et nous offre une chance unique de contrer l'influence des lobbyistes.

Faisons entendre 1 million de voix pour obtenir un moratoire sur l'introduction de plantes génétiquement modifiées en Europe et mettre en place un organisme éthique et scientifique indépendant chargé de mener à bien la recherche et la régulation des OGM.

 

 

Bibliographie :


Dernier sondage Eurobaromètre 2008 'Attitudes des citoyens européens vis-à-vis de l'environnement', page 67

 

L'innocuité de la pomme de terre transgénique mise en cause, Le Monde

 

Retour sur l'autorisation de la pomme de terre Amflora, Inf'OGM

 

OGM et pesticides - un bilan désastreux, Greenpeace

 

Résumé du Rapport d'Évaluation internationale des connaissances, des sciences et des technologies agricoles pour le développement (IAASTD), incluant des préoccupations sur l'usage des OGM

 

 

Repost 0
Published by Bergamote - dans Bloc Notes
commenter cet article
12 mars 2010 5 12 /03 /mars /2010 12:14

source : Nos grands-mères savaient, Jean Palaiseul




Le contexte :

Depuis longtemps, d'éminents spécialistes se sont attachés à discréditer les remèdes "du peuple" :

Soit dans l'objectif de prôner l'emploi de plantes lointaines et rares
Soit pour promouvoir l'industrie pharmaceutique, plus coûteuse (et donc inaccessible à tous avant la mise en place de la sécurité sociale)
Soit enfin par pure vanité scientifique :

"Comment concilier la science avec des pratiques à la portée du premier venu ? Quel crédit pouvoir accorder à ces herbes qu'on foule aux pieds, dont toutes les commères savent les noms et prônent les vertus ?"
(extrait ironique du Précis de Phytothérapie du Dr Leclerc)




fleurs-des-champs.JPG


L'étymologie :

Un "remède de bonne femme" était à l'origine un "remède de bonne fame"

autrement dit "de bonne renommée",
le mot "fame", en ancien français, venant du latin "fama" : renommée
que l'on retrouve de nos jours dans l'adjectif "fameux" et l'expression "mal famé"


Avec l'évolution du langage et la complicité de l'orthographe, un tour de passe-passe a attribué aux "bonnes femmes", ignares par définition, des remèdes éprouvés que l'on trouvait vraisemblablement gênants parce qu'accessibles à tous.


Qualifier aujourd'hui un traitement de "remède de bonne femme" équivaut à le discréditer... au lieu d'afficher clairement la renommée du remède et la reconnaissance de ses qualités !












Repost 0
Published by Bergamote - dans Bloc Notes
commenter cet article
11 mars 2010 4 11 /03 /mars /2010 09:26


lever-du-jour-sous-la-neige-11-mars.JPG



"Bonheur de voir naître le matin sur des collines, des arbres, et non sur des toits et des murs"

Nos grands-mères savaient,
Jean Palaiseul




lerver-du-soleil-sous-la-neige-2-11-mars.JPG




Repost 0
Published by Bergamote - dans Bloc Notes
commenter cet article
28 février 2010 7 28 /02 /février /2010 19:29



Dehors la tempête s'est calmée, je prépare ma valise pour le départ de demain...

Allez, un peu de légèreté !
Et, au passage, un clin d'oeil à une bloggeuse amie




 

 

 

 

Mam'selle Bulle

 

 

 

 

 


Repost 0
Published by Bergamote - dans Bloc Notes
commenter cet article
24 février 2010 3 24 /02 /février /2010 11:15


Novembre 2008, Marianne publie Quand l'Ecologie renvoit les femmes à la maison par Isabelle SAPORTA
article consultable ici :
pages 1-2   pages 3-4   pages 5-6


Février 2010 : E. BADINTER publie
Le conflit - la femme et la mère basé sur l'idée générale
"Ecolos, nouveaux machos"




Je suis tout bonnement scotchée sur ma chaise : comment peut-on, aujourd'hui, écrire une série d'idées reçues pareilles, user de termes dégradants pour la femme nouvelle, celle qui a décidé de suivre quelques bases simples de l'écologie ... des écrits commandés, sponsorisés ?
une provocation pour créer le buzz ?



Isabelle SAPORTA crée un amalgame regrettable avec des problématiques fortes telles que la religion, la politique, la place de l'homme au foyer. Elle crée ainsi un imbroglio qui perd le lecteur et crée un état de tension artificiel. Elle emploie un ton manichéen, et déterre l'idée selon laquelle l'écologie est une affaire de bobos naïfs.
Tentative bien... naïve :   aujourd'hui nous sommes tous sensibles à l'écologie, à des degrés différents bien sûr. De manière générale, on s'accorde au moins sur la nécessité d'enseigner aux enfants les bases du développement durable. Ce n'est plus l'affaire de gens avec des cheveux longs et des fleurs autour du cou, hé non...


L-ecologie-renvoie-la-femme-a-la-maison.JPG

"Ecolos, nouveaux machos" ?
Vivre différemment, en respectant l'environnement, les individus, en consommant moins, en protégeant les enfants des erreurs passées, en prenant soin de soi et de son corps, c'est un choix qui se fait à deux. Le chasseur de mammouth est souvent sensible au même combat que sa compagne.
Tous deux chassent au dehors ce dont ils ne veulent pas chez eux, mènent ensemble le même combat. Madame part aussi le matin chasser la mammouth, et si elle a choisit de rester à la caverne pour s'occuper de leur petit monde, c'est un choix éclairé et librement consenti.


Aujourd'hui les femmes ont le choix : le choix de travailler, le choix d'élever nos enfants, le choix de conjuguer les deux. Une carrière professionnelle, une vie sociale, une maternité, une sexualité, un épanouissement dans l'équilibre.
Une machine à laver, un ordinateur, un réfrigérateur, et même un congélo pour mettre le mammouth, si si ! La génération des 30 glorieuses ne parvient pas à se projeter dans un monde "durable"? A nous aujourd'hui de corriger le tir, c'est tout.


"Le développement durable, l’agronomie et les sciences de la vie sont les domaines où les femmes ingénieures sont les mieux représentées. Les directeurs du développement durable des grosses entreprises les plus reconnues aujourd'hui sont des femmes. Les premiers cabinets de consulting en développement durable ont été fondés par des femmes, comme le comité 21 qui régit les agendas 21 sur le territoire et est toujours dirigé par une femme." (Femininbio, 16 février 2010).
Il ne fait aucun doute qu'en écologie plus que dans aucun autre secteur, la femme est présente à tous les degrés de l'échelle. Elle est force de proposition, leader, et c'est bien là la preuve que le temps des cavernes (polluées au formaldéhyde) est révolu.


L'écologie n'est pas une régression pour la femme : c'est une évolution supplémentaire, éclairée, libre. Pour des modes de vie différents, innovants, parce que nous savons prendre le meilleur des époques passées pour les conjuguer au présent.
Madame SAPORTA, vous vous méprenez : ce qui est passé n'est pas forcément mauvais, ce qui est nouveau n'est pas forcément mieux. Il est sain et sage de choisir avec discernement ce qui est bon, même parmi les habitudes de nos grands-parents... et de s'affranchir de leurs erreurs. C'est ça, le progrès !


Consommer des petits pots industriels, du lait en poudre, des couches jetables hors de prix, des biberons au bisphénol A, travailler coûte que coûte, consommer, consommer... Est-ce cela, la femme accomplie ? La femme actuelle ? La ritournelle est belle, facile... et jetable.
Pas de ça dans la façon d'élever nos enfants, dans les soins que nous leur prodiguons, l'alimentation que nous leur donnons, le temps que nous leur accordons... La maternité, la transmission des valeurs, l'amour familial, c'est ce qui est important. Ce qui restera de nous, l'enjeu de notre modernité.
E. BADINTER, I. SAPORTA, vous vous trompez de combat.


De par leur absurdité, ces écrits ont fait parler d'eux : la bonne nouvelle, c'est qu'ils font réagir, et qu'ils resserrent les liens entre ceux et surtout celles qu'ils visent. Bravo à tous et à toutes pour vos réactions, preuve d'une belle unité, et d'un réel progrès dans les modes de pensées.
Serait-ce l'objectif ultime et intelligent de l'article, du livre ? Fédérer une unité, liguée contre son contenu, démontrant par A+B que ce qu'ils avancent est faux et simpliste ? Persuader les derniers indécis que non, véritablement, ces écrits n'ont rien de bon ?
Non, l'idée est tentante mais je ne leur concèderai pas tant de perspicacité...





article-le-monde-batinder.jpg         
Pour aller plus loin :


(la liste est loin d'être complète, si vous avez des références elles sont bienvenues)



Article paru dans Le Monde : 17.02.2010 - "Débat au féminin pluriel"

Forum dédié sur Les petites magies

Article sur Naturavox : 26.11.2008 - "Réaction à l'article de Marianne - Quand l'écologie renvoie les femmes à la maison"

Réponse de La Leche ligue France :
17.02.2010 - "La Leche League France répond aux interprétations d’Elisabeth Badinter"

Lettre ouverte à Madame BADINTER :
16.02.2010 - "Vertes de rage, lettre ouverte à Mme Badinter, Femmes et écolos : le nouveau féminin"


Pieds nus sur la terre, 25.11.2008 - par Amélie Piégay

Pieds nus sur la terre, 23.02.2010 - par Amélie Piégay

Maman, écolo et féministe ?
Oui, c'est possible ! 26.02.2010 - par Frédérique Chartrand















Repost 0
Published by Bergamote - dans Bloc Notes
commenter cet article